24/10/2008

L'île sur le toit du monde - film

 

 

IleToit du Monde


"L'île sur le toit du monde"

Un film Disney tourné en 1974, qui inspira beaucoup Stéphane

 

 


Synopsis
Pour retrouver son fils disparu alors qu'il recherchait le fameux cimetière des baleines, sir Anthony monte une nouvelle expédition vers le Grand Nord. Embarques a bord du dirigeable l'Hyperion, les explorateurs abordent une région mystérieuse peuplée par les descendants des Vikings.


Le réalisateur

Robert Stevenson est un réalisateur prolixe et solide. Il a été un fidèle serviteur de la maison Disney où il a été aux commandes de bon nombre d’œuvres marquantes (Les mines du roi Salomon,  Mary Poppins, Un amour de coccinelle) et de commandes : L'espion aux pattes de velours, Le fantôme de Barbe-Bleue, Le nouvel amour de coccinelle et enfin L'île sur le toit du monde où  il existe, parait-il, un cimetière de baleines où se trouve à volonté un ambre gris très précieux. Vers le cercle polaire, un jeune explorateur tente l'impossible aventure. Il disparaît, son père organise une deuxième expédition pour retrouver sa trace... Tous les ingrédients pour un bon film d'aventures sont donc réunis.


Le film sur le toit du monde
L’île sur le toit du monde est un film d’aventures à la Jules Verne : scientifique spécialiste d’un domaine, riche aristocrate motivé, un homme de terrain et des moyens scientifiques avancés. Le professeur Ivarson, Sir Anthony et le capitaine Brieux (Jaques Marin est impayable en capitaine cascadeur) et le véritable héros du film le dirigeable géant Hypérion. De plus, le cercle polaire fait un décor de premier choix. Et si on y ajoute la découverte d’une civilisation abandonné qui est un cliché efficace du film d’aventures (comme L’ile perdue de Sir Arthur Conan Doyle qui a inspiré Jurrassik park) Les effets spéciaux, qui avaient fait le succès du film à l’époque ont bien mal vieilli, les maquettes se voient comme le nez au milieu de la figure ainsi que les câbles qui les tiennent, la neige est d’une fausseté rare et ça se voit aussi. Reste un charme suranné et une jolie histoire.


Sources: http://www.dvdcritiques.com/critiques/dvd_visu.aspx?dvd=1...

 

 

 

14:57 Écrit par Laurence Latour | Lien permanent | Commentaires (0)